#balancetonporc!

 

520348D8-2327-45D4-9D52-779CBF00F42A

L’affaire Weinstein, l’ancien dieu d’Hollywood qui faisait le soleil et la pluie, a fait éclater le lourd silence qui pèse sur le harcèlement et les viols au travail. Profitant de sa position cette ordure a violé, usé et abusé de gestes et paroles déplacées. Combien de victimes ? Sans doute des dizaines. Et tout ce petit monde de vedettes le soupçonnait, le devinait ou le savait. C’est pourtant une réalité tristement banale que vivent bien des femmes au travail. Chantage, pressions, promotions en échange de faveurs sexuelles, voilà la belle société démocratique où nous vivons. Et ce triste privilège n’est pas l’exclusivité du monde des artistes américains, ici et ailleurs, c’est presque comme une loi implacable. Cela se répète sans cesse. Au bout de cette chaîne de violences il y a les assassinats sous les coups d’un mari, d’un amant, d’un passant ; 123 femmes mortes de violences conjugales détectées en France, mais combien restent sous silence ? Des femmes ont décidé de parler sur Twitter. De balancer. Certaines donnent le nom du porc d’autres non, mais cette minorité refuse le silence. Elles sont conscientes que les réseaux sociaux n’infléchiront pas la situation mais elles ont brisé le consensus. Seule l’organisation consciente des femmes pourra inverser le rapport de forces, et imposer le respect. Et si cette campagne se propose que la peur change de camp, il est plus que temps de passer à la vitesse supérieure : il faut en finir avec cette société qui génère cette violence contre la moitié de l’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *