Soutenons la lutte des sans papiers de la Censive

ECB26303-C33A-4ED2-86B9-731A64D35667
Pour un monde sans frontières !

Nous étions près de 1200 samedi 9 décembre à manifester en soutien aux sans papiers, et plus largement à tous ceux qui sont dans la rue. L’initiative a demandé du courage de la part des sans papiers, mineurs et plus âgés, en ces jours d’état d’urgence. La jeunesse combattive de Nantes était bien présente, de même que les réseaux, associations ou simplement individus solidaires de cette juste cause. C’est un pas important pour rendre la lutte visible, la populariser.

Où en sommes nous ?

Les différents courants, qui travaillent ensemble, participent à réussir la vie de l’espace occupé sur le campus. Tous les jours des volontaires se présentent pour assurer des cours de français, de mathématiques, ou pour simplement apporter vêtements, nourriture. Des ateliers sont organisés, des débats et des projections font éclore les discussions. Les premières visites médicales ( générale et orthodontie) se mettent en place cette semaine. Mais les tâches sont nombreuses : l’évacuation prochaine du château pose bien des problèmes, la mise en place de pistes concrètes pour une régularisation des sans papiers est en chantier. Avec quelques petits succès comme des inscriptions en lycée et à l’université. Mais la tâche reste immense.

Où allons nous ?

Lors d’une discussion la semaine dernière, suite à la projection d’une vidéo relatant une lutte victorieuse de sans papiers, un jeune migrant a bien résumé la situation : « nous devons vous aider à nous aider ! ». En effet, il va falloir s’organiser, construire une lutte contrôlée par la base, visant à se populariser et s’élargir. La présidence pense se débarrasser du « problème de l’occupation » en expulsant discrètement avant les partiels. Il n’en est pas question. La présidence veut mettre ces jeunes à la rue en plein hiver à coups de matraques ? Les professeurs et les étudiants laisseront ils faire cela ? Rien n’est moins sûr.

Construire le rapport de force par la solidarité
Alors quelque soient nos différences, il va falloir œuvrer à empêcher cette nouvelle injustice qui se prépare. Une chose est certaine : notre nombre est notre force. Plus nous serons nombreux à les soutenir, du plus petit geste au plus grand des dévouements, plus ils hésiteront à intervenir. Pour notre part nous assumons – avec d’autres- qu’aucun être humain est illégal, et au passage nous disons à la présidence que le savoir n’est pas une marchandise.
Viens soutenir la lutte des nos sœurs et frères d’Afrique et d’ailleurs ! Viens empêcher par ta présence et ton aide que cette injustice se poursuive !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *