VIVE LA RENTREE… DU MOUVEMENT LYCEEN !

image

 

 

Khatchik, jeune lycéen, élève du lycée Camille-Jenatzy (Paris 18ème) a été expulsé vers l’Arménie samedi 12 octobre pour défaut de titre de séjour. Les conséquences de cette expulsion sont dramatiques : études stoppées nettes, vie de famille brisée et le fort risque pour Khatchik de passer plusieurs années en prison, étant considéré là-bas comme déserteur.

La même semaine, c’est Léonarda, une collégienne du Doubs, qui a été arrêtée par la police en pleine sortie scolaire. Elle a lancé le 16 octobre un appel : elle veut pouvoir revenir en France avec sa famille pour terminer ses études. La mobilisation lycéenne a amené Hollande à s’exprimer en proposant à Léonarda de choisir entre ses études et sa famille. Quelle hypocrisie ! Demander à une élève de 15 ans de choisir entre les deux est inhumain. La droite et l’extrême droite ont attendu que les vacances arrivent pour parler à nouveau, trop effrayés qu’ils étaient par les manifs lycéennes. Le FN s’est solidarisé avec Valls, tandis que l’UMP s’est ralliée bruyamment à une proposition phare du FN : Abroger le droit du sol ! Il est temps qu’à la rentrée, la reprise du mouvement lycéen siffle la fin de la récré pour ces racistes de tout poil !

De 2005 à 2011, les lycéens Suzilène, Taoufik, Najlae, Mohamed, Ilyes avaient été expulsés.

Les manifestations de leurs camarades et de leurs enseignants avaient obligé Sarkozy à les faire revenir.

Comme eux Khatchik et Léonarda doivent revenir !

Infos et intox

Depuis le début de « l’affaire Léonarda », on a tout entendu au sujet de cette famille Rom expulsée. Pour Valls, « le comportement de la famille ne dénotait pas une réelle volonté de s’intégrer à la société française »… Mais en venant chercher Léonarda à l’école, c’est lui qui ne veut pas qu’elle s’intègre ! Le père aurait menti pour obtenir dans l’espoir d’obtenir des papiers. Mais 2 ou 3 écarts à la vérité valent toujours mieux que l’expulsion d’une famille entière. Ce n’est pas tout, rétorquent les médias mal intentionnées, le père serait violent avec sa famille. Mais que croient-ils ? Que l’air du Kosovo améliorera la situation ?! En particulier pour Léonarda et ses sœurs, victimes de ces violences ? Quant à l’accusation que la famille serait en France pour toucher l’aide sociale, que les choses soient claires, les sans-papiers vivant en France ne peuvent toucher aucune aide. Ils doivent en revanche cotiser comme tout le monde quand ils travaillent, et payer les mêmes taxes quand ils consomment. Ce qui rapporte à l’État la coquette somme de 12 Milliards d’Euros ! En clair, les sans-papiers paient les charges mais ne reçoivent rien en échange.

 

AGs et coordination lycéenne : l’organisation de la lutte lycéenne !

Dans les lycées, la mobilisation a pris un essor extraordinaire avant les vacances. Une quarantaine de lycées ont été bloqués et 12 000 lycéens ont manifesté à Paris vendredi. Dans quelques lycées, certains ont pris l’initiative de faire des Assemblées Générales. Ces AGs, c’est l’occasion pour chacun

Pour exiger le retour de Khatchik, Léonarda et sa famille et l’arrêt des expulsions

de s’exprimer à tour de rôle, de prendre des décisions en les faisant voter et de vérifier leur application. Pendant les vacances, une coordination lycéenne s’est tenue à cinq reprises. Des délégués des lycées mobilisés (ou de ceux qui veulent l’être à la rentrée) se sont rassemblés pour préparer la reprise et coordonner l’action dans tous les lycées. Cette coordination a permis de faire le lien entre les lycées de Paris et de banlieue. Parions qu’à la rentrée, elle permettra aussi de faire le lien avec la province… Un bel exemple de démocratie dans la lutte !

Rassemblement mardi 5 novembre 13 h Préfecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *